Tout ce qu’il ne faut pas faire avec un hashtag

0
502

Présent désormais sur Facebook, utilisé dans un nombre incalculable de publicités, le hashtag nous suit partout et même en dehors des réseaux sociaux. La preuve : en novembre dernier, un couple américain a appelé leur fille Hashtag. Il y a mieux comme cadeau de naissance.

De plus en plus de personnes s’insurgent contre ce #, utilisé partout et pour tout. Mais le problème ne réside pas dans le hashtag en lui-même mais bien dans l’usage qu’on en fait. Voici les sept abus les plus fréquents…

1.    Trop de Hashtags tue le Hashtag

Abus le plus commun, c’est l’apanage des inconditionnels du hashtag ils ne peuvent s’en passer et privilégient la quantité à la qualité. Mise en situation: si un hashtag-addict partage une photo du défilé du 14 juillet, l’accompagnera forcément d’un subtil #défilé #meilleurdéfilé #14juillet #14/07 #bleublancrouge #bleu #blanc #rouge #etc. Il glisse #même de temps en #temps des hashtags au #milieu de #ses phrases.

2.   Utiliser le Hashtag à l’oral

« Hashtag Allo Quoi ! » Exemple typique d’un Hashtaggeur verbal, en train de remettre en place sa copine qui a oublié de se laver les cheveux. C’est souvent les mêmes personnes qui utilisent  « LOL » ou « OMG » à l’oral. Arrêtez de les suivre,  (dans la vraie vie)…

3.   Le concours du Hashtag le plus long?

Certains pensent qu’accoler les mots à la suite des autres est amusant. Mais la blague a été faite et refaite et devinez quoi ? #Etbienalafinonsenlasse…

4.   Un événement = Un Hashtag

Longtemps l’apanage des avant-gardistes lors d’événements social-média encore confidentiels, associer un hashtag à un événement devient tout à fait normal. Maintenant vous ne partez plus en vacances, mais bien en #vacances. Attention, ceci n’est pas compatible avec votre Tom Tom.

5.  Le Hashtag auto-promotionnel

Créé par une entreprise, une marque ou une organisation politique afin de « devenir viral » ou « d’améliorer leur e-reputation », le hashtag corporate est rapidement détourné de l’objectif initial. McDonalds pourra témoigner : ses #McDoStories devaient intialement raconter les meilleures expériences de ses consommateurs. Résultat ? De nombreuses réponses du genre : « Je viens de manger un Filet’o’Fish et de le revomir 1h après #McDostories ». Parfait pour l’e-reputation.

6.  Le Hash-swag

Le hash-swag c’est très simple : il permet de rehausser votre swag grâce à un hashtag judicieusement choisi. Il indique souvent que vous assistez à un événement très hype. Exemples de hash-swag: #coachella #fashionweek #calviontherocksbaby.

7.  Un Hashtag ou rien

Utile pour éclairer nos propos ou y mettre une petite touche d’ironie, le # peut rapidement devenir indispensable pour la clarté de notre message. Une solution de facilité qui nous empêcherait d’aller au fond des choses et d’exprimer nos pensées clairement. C’est dommage. Heureusement, les glorieux écrits de nos ancêtres restent dépourvus de cette innovation, ce qui nous a évité ce genre d’absurdités :

Le Roi est mort ! vive le Roi ! #wtf

C’est un roc ! C’est un pic, c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ? … c’est une péninsule! #Pinocchio

Luke, je suis ton père… #SpoilerAlert

Notez cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici