Daft Punk, c’était mieux avant?

0
1020
daft punk jeune

Si vous ne vivez pas dans une cave vous n’êtes pas  sans savoir que Daft Punk a récemment remporté 5 Grammy Awards, les récompenses ultimes en terme de musique, pour l’album Random Access Memories (RAM). Alors que l’heure devrait être à la célébration, le duo Versaillais se fait depuis peu malmener par certains médias. Daft Punk, c’était mieux avant ?

Nul n’est prophète en son pays…

Avant d’être adulés par des millions de fans à travers le monde, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem Christo ont eu maille à partir avec les critiques françaises qui ne voyaient en eux qu’un feu de paille construit sur une énième hype. Phoenix, leurs congénères et amis de Versailles ont subi le même sort et ont dû attendre le sacre international (et un Grammy à la clé) avec leur quatrième album Wolfgang Amadeus Phoenix pour que le public français daigne voir en eux autre chose que des gosses de riches.

Comme quoi les rabat joie existent même aux Amériques, cette terre de tous les possibles…

Alors qu’on pensait que le succès de Daft Punk (dû à un talent certain et un sens aigu du marketing, soyons un peu honnêtes) avait mis tout le monde d’accord, voilà que des critiques du New York Times remettent en question le triomphe du duo aux derniers « oscars de la musique ». Pour les journalistes du quotidien, si Daft Punk a remporté cinq Grammy Awards c’est simplement parce qu’ils avaient les moyens de se payer les plus grandes stars. Ce raisonnement fait froid dans le dos car il induit que le succès n’est qu’une question de gros sous. Autre démonstration de mauvaise foi de la part du New York Times : la moitié des votants à la cérémonie aurait collaboré avec les Daft Punk. Il s’agit donc de démontrer de manière détournée que les nombreux featurings auxquels les Daft Punk se sont prêtés sur l’album sont la seule clé de leur succès. Mais, dis donc, est-ce qu’on assisterait pas là à un nouveau cas de « French Bashing » ?

C’était mieux avant ? Mais avant quoi?  Le succès ?

Si on avait toutefois l’envie de se prêter au jeu de la mauvaise foi on pourrait arguer que « Get Luky » nous sort par les trous de nez. Le duo avec Pharrell Williams est certes très efficace mais on a l’a (trop) entendu : fêtes, anniversaires, bar-mitzvah, mariages, Franprix, la boulangerie du coin de la rue… Bref, on en peut plus. Est-ce qu’il faut pour autant jeter la pierre aux Daft Punk ? Doit-on leur tourner le dos ou plutôt les remercier de donner au monde une autre vision de la musique française (rappelez vous que Zaz est l’une des artistes françaises qui a le plus vendu à l’étranger en 2013) ?

Parce qu’ils sont célébrés dans le monde entier et qu’ils peuvent se payer les services de Giorgio Moroder et Nile Rodgers, on devrait désormais les traiter de ringards passéistes et opportunistes? Ca ne vous rappelle pas quelque chose ? Si, si c’est bien l’attitude du parfait « hipster ». Vous savez, cette personne qu’on a tous dans son entourage et qui se caractérise par le fait d’aimer les choses AVANT qu’elles ne soient connues et qui les dénigrent une fois qu’elles sont plébiscitées par plus de 100 personnes.

Par pitié, ne cédons pas à la  hipsterisation du monde et au cynisme ambiant, et crions plutôt cocorico!

Daft Punk, c’était mieux avant?
4.4 (88%) 5 vote[s]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici